cleversoft group GmbH+49(0)89 288 51110
Open a Support Ticket Support
S'abonner à notre newsletter
cleversoft navcleversoft nav
contact cleversoft
S'abonner à notre newsletter

La publication des Pandora Papers a fait resurgir l'opportunité d'examiner de plus près l'industrie offshore. Les Pandora Papers comptent parmi les plus vastes enquêtes financières mondiales. Elle a rassemblé plus de 600 journalistes de 140 organisations médiatiques dans 117 pays pour examiner près de 12 millions de documents divulgués par 14 sociétés de services offshore.


Découvrons ensemble comment nous pouvons aider votre entreprise.


Les solutions professionnelles de cleversoft vous ouvrent l’accès à un nouveau monde d’efficacité.

Contactez-nous

Découvrons ensemble comment nous pouvons aider votre entreprise.


Les solutions professionnelles de cleversoft vous ouvrent l’accès à un nouveau monde d’efficacité.

Contactez-nous

La publication des Pandora Papers, le 3 octobre dernier, a fait resurgir l’opportunité d’examiner de plus près le secteur offshore. Les Pandora Papers comptent parmi les plus vastes enquêtes financières mondiales. Elle a rassemblé plus de 600 journalistes de 140 organisations médiatiques dans 117 pays pour examiner près de 12 millions de documents divulgués par 14 sociétés de services offshore. L’objectif était d’évaluer les stratégies d’évasion fiscale et de dissimulation de patrimoine employées par les hauts fonctionnaires, les oligarques et certaines des personnes les plus riches du monde.

L’ ICIJ (Consortium international des journalistes d’investigation) et le Organized Crime and Corruption Reporting Project ont orchestré les Papers. Cette enquête fait suite à la publication des dossiers FinCen en 2020, des Paradise Papers en 2017 et des LuxLeaks en 2014. Et voit une fois de plus diverses nations et les super-riches scrutés pour leur promotion des paradis fiscaux offshore dans des endroits tels que les îles Vierges britanniques et les îles Caïmans.

À l’échelle mondiale, les « Pandora Papers » ont déclenché une nouvelle initiative visant à mettre un terme à des décennies de secret d’entreprise et à inciter les décideurs hésitants à prendre des mesures correctives. Ces enquêtes interviennent à un moment où le monde se rapproche d’une nouvelle norme mondiale de transparence des entreprises. En outre, le Groupe d’action financière (GAFI) doit saisir cette occasion pour créer des registres publics et centralisés des propriétaires d’entreprises dans tous les pays du monde. Dans le même temps, les gouvernements nationaux sont plus enclins que jamais à faire le ménage dans leurs affaires de délocalisation.

Voici une liste des pays qui sont les plus pris dans la saga de l’industrie offshore.

Les acteurs du pouvoir dans les papiers de Pandora

Les « Pandora Papers » ont jeté la lumière sur plus de 300 hommes politiques de 91 pays. Il s’agit notamment d’anciens et d’actuels chefs de gouvernement, qui auraient échappé à tout contrôle en se réfugiant dans l’anonymat. Les entités chargées de prendre des mesures décisives pour lutter contre les flux d’argent sale ont elles-mêmes été surprises en train d’abuser de la transparence du système. Dans les mois à venir, elles devront disposer d’un plan pour se retirer davantage de l’industrie offshore.

République tchèque

Les finances privées d’un homme politique peuvent être un facteur politique important en Europe centrale. L’actuel Premier ministre de la République tchèque le sait bien.

Dans une enquête de Transparency International République tchèque de 2018, il y avait un trust funds lié à un conglomérat tchèque qui remontait jusqu’à un haut responsable politique. Le site funds était sur le point de recevoir d’importantes subventions de l’UE. Ces informations ont été rendues disponibles par la plateforme publique et gratuite de la Slovaquie, qui enregistre les informations sur la propriété des entreprises qui reçoivent des contrats et des licences publics.

En outre, un haut fonctionnaire avait été désigné comme l’unique bénéficiaire effectif de sociétés offshore aux États-Unis et dans les îles Vierges britanniques, à Monaco – ni la France ni les États-Unis ne disposent d’informations sur les véritables propriétaires de sociétés et de trusts offshore.

À la suite de ces découvertes, la commission du Sénat tchèque chargée des marchés publics a organisé un débat au cours duquel son président a demandé que des enquêtes soient menées sur l’origine de la richesse du haut fonctionnaire en question.

Brésil

Les « Pandora Papers » ont également révélé que 14 chefs d’État actuels et anciens, ainsi que d’autres hauts fonctionnaires de cette nation latine, étaient impliqués dans cette pratique offshore. Cette implication s’est étendue jusqu’au ministre brésilien de l’économie. Les Papiers ont révélé que ce fonctionnaire avait une société dans les îles Vierges britanniques avec près de 10 millions de dollars investis sur un compte du Crédit Suisse à New York.

Il y a également eu des conflits d’intérêts concernant la législation nationale.

La chambre basse du Brésil a déjà demandé à ces fonctionnaires de faire la lumière sur les allégations formulées par les « Pandora Papers ».

Toutefois, le gouvernement devrait mettre en place des politiques plus strictes concernant la divulgation des bénéficiaires réels des sociétés offshore, ainsi qu’une réforme du régime de déclaration des actifs du pays, afin que le public puisse également participer à l’examen des conflits d’intérêts potentiels.

Nigeria

Une enquête menée par Finance Uncovered et Premium Times a révélé que plus de 100 Nigérians influents ont utilisé des sociétés anonymes pour acheter des propriétés d’une valeur de 350 millions de livres sterling au Royaume-Uni depuis 1990. Parmi les coupables figurent d’anciens et d’actuels hauts fonctionnaires du gouvernement, tels que des gouverneurs d’État et des ministres.

Les transactions secrètes des détenteurs de pouvoir nigérians ont fait l’objet d’enquêtes précédentes, à savoir les enquêtes sur les dossiers FinCEN et les rapports Panama. Toutefois, aucune mesure n’a été prise pour mettre fin à ce vice.

Le gouvernement nigérian doit relever le défi et enquêter sur toutes les personnes mentionnées dans les « Pandora Papers ». Et ce, quelle que soit leur appartenance politique. Le gouvernement doit également doter le Code of Bureau de ressources adéquates. Cela contribuera à l’examen des déclarations officielles de patrimoine.

Liban

Les « Pandora Papers » ont révélé que certains des dirigeants d’entreprise et des hommes politiques les plus en vue du Liban délocalisent également leur fortune. L’un des plus hauts responsables libanais aurait acheté une propriété d’une valeur de 10 millions de dollars américains à Monaco, via un compte offshore enregistré au Panama. Ce fonctionnaire a acquis la propriété avant de rejoindre la politique et a également déclaré que les actifs ont été précédemment divulgués au Conseil constitutionnel libanais.

À la suite des allégations formulées par les « Pandora Papers », l’Association libanaise pour la transparence a souligné la nécessité de charger les autorités d’enquêter de manière approfondie sur les avoirs des personnes et des sociétés citées dans le rapport. Ils ont également fait écho à la nécessité de confisquer et de récupérer le site funds obtenu par la corruption et d’imposer des taxes aux personnes citées dans les Pandora Papers si elles n’ont pas déclaré leurs avoirs au Liban.

Jordan

Les hauts dirigeants jordaniens ont accumulé des biens d’une valeur d’environ 100 millions USD au Royaume-Uni et aux États-Unis, par le biais de sociétés secrètes, selon les Pandora Papers. Les propriétés ont été acquises entre 2003 et 2017 par le biais de sociétés enregistrées dans les paradis fiscaux.

Les facilitateurs

Les « Pandora Papers » ont révélé des preuves que l’industrie offshore est florissante. Les fournisseurs du secteur privé, les prestataires de services aux entreprises et d’autres intermédiaires continuent de fonctionner avec un minimum de surveillance et d’obligations dans de nombreux pays du monde. Les réglementations laxistes et les failles ont rendu le secteur financier encore plus vulnérable.

Nouvelle-Zélande

Les Pandora Papers ont découvert que des hommes politiques et des hommes d’affaires du Brésil, de Russie, de Roumanie et de Chine utilisaient des trusts. Et parmi ces personnes se trouvaient des gens qui faisaient l’objet de graves accusations de blanchiment d’argent et de corruption dans leur pays d’origine.

Avant 2017, la Nouvelle-Zélande était également coupable d’attirer des entités étrangères dans le but d’éviter les impôts et de cacher leur identité. Cependant, actuellement, une loi qui oblige les trusts à capitaux étrangers à divulguer les informations de base de leurs actifs et l’identité des bénéficiaires a été instituée. Cette loi a permis de réduire le nombre de trusts appartenant à des étrangers. Cependant, les trusts nationaux et étrangers posent encore des problèmes. Le gouvernement néo-zélandais devrait donc procéder à d’autres réformes pour réduire davantage les trusts détenus par des étrangers.

Panama

Le Panama est l’un des facilitateurs les plus connus de la pratique de la délocalisation. Sur les 14 prestataires de services aux entreprises mentionnés dans les « Pandora Papers », deux sont basés au Panama.

Libertad Ciudadana rapporte que les nouvelles révélations soulignent le caractère essentiel de la mise en œuvre du registre des bénéficiaires effectifs. Le délai de mise en œuvre est actuellement de 18 mois.

Au début du mois, l’UE a annoncé que le Panama resterait un paradis fiscal non coopératif, et donc toujours sur la liste noire.

‍Australie

La faiblesse des politiques australiennes en matière de lutte contre le blanchiment d’argent signifie que les gardiens – comptables, agents immobiliers et avocats – ne sont pas tenus de s’interroger sur la provenance des fonds et de signaler les transactions douteuses. Ainsi, d’énormes sommes d’argent peuvent être dissimulées et intégrées dans l’économie via le secteur immobilier. Selon Transparency International Australie, c’est l’une des raisons pour lesquelles le secteur immobilier australien attire des fonds suspects.

Au cours des 15 dernières années, le GAFI (Groupe d’action financière) a exhorté le gouvernement australien à mettre en place des politiques plus strictes pour renforcer ses lois sur le blanchiment d’argent. En dépit de quelques amendements, l’absence de couverture des catalyseurs et le manque de transparence en matière de propriété effective laissent encore des vulnérabilités.

États-Unis

Les « Pandora Papers » ont révélé que les États-Unis sont l’une des principales juridictions du secret. Des États tels que le Delaware, le Dakota du Sud, le New Hampshire, la Floride et le Nevada sont devenus des hauts lieux de la dissimulation de la richesse.

Selon les Pandora Papers, 206 trusts, répartis dans 15 États, détenaient des actifs supérieurs à 1 milliard de dollars américains. Certains de ces trusts détenaient des actifs de sociétés ou d’individus perçus comme étant corrompus ou frauduleux.

À la suite de la publication des Pandora Papers, le bureau américain de Transparency International a demandé au département du Trésor américain de prendre la tête des efforts visant à combler les lacunes en matière de secret pour les trusts en mettant en œuvre la Landmark Corporate Transparency Act. Cette loi exige que tous les trusts qui ne sont pas expressément exemptés par la loi déclarent leur véritable propriétaire.

Royaume-Uni

Le marché immobilier britannique a également été une destination attrayante pour les investisseurs cherchant à dissimuler leur richesse. Les « Pandora Papers » ont révélé les noms d’individus accusés de corruption, d’officiels étrangers de premier plan et de donateurs politiques britanniques qui posséderaient anonymement plus de 7 milliards de dollars US de biens immobiliers au Royaume-Uni.

Par exemple, même l’Azerbaïdjan aurait acheté des biens d’une valeur de 700 millions de dollars américains en utilisant une société enregistrée aux îles Vierges britanniques au cours des 15 dernières années.

De même, The Papers a révélé qu’un ancien Premier ministre britannique a acquis un bâtiment d’une valeur de 8,8 millions de dollars américains en 2017. Cette acquisition s’est faite par l’intermédiaire d’une société des îles Vierges britanniques qui détenait le bien.

Le gouvernement britannique devrait accélérer l’adoption d’une législation visant à combler les lacunes qui permettent aux particuliers d’acheter et de vendre des biens immobiliers de manière anonyme par le biais de sociétés fictives.

Conclusion

Les « Pandora Papers » ont mis en lumière l’activité financière jusqu’alors inconnue de certaines des personnes les plus influentes. Ils ont montré comment leurs actions peuvent avoir un impact sur leur pays – et, sur l’économie mondiale.

Nous attendons avec impatience que les gouvernements des pays concernés mettent en œuvre davantage de politiques et de stratégies pour aider à lutter contre le blanchiment d’argent, l’évasion fiscale et l’utilisation de sociétés écrans pour dissimuler des actifs volés.

You may also like