cleversoft group GmbH+49(0)89 288 51110
Open a Support Ticket Support
S'abonner à notre newsletter
cleversoft navcleversoft nav
contact cleversoft
S'abonner à notre newsletter

Les banques, les compagnies d'assurance, les gestionnaires d'actifs et les autres entreprises du secteur financier sont tenus par la loi d'identifier et de vérifier leurs clients, d'établir l'objet de la relation (KYC) et de surveiller leurs transactions parce qu'elles peuvent indiquer un blanchiment de capitaux ou un financement du terrorisme (AML - Anti Money Laundering).


Let's talk how we can help your business.


Connect to a new world of efficiency by utilizing cleversoft’s business solutions.

Contactez-nous

Let's talk how we can help your business.


Connect to a new world of efficiency by utilizing cleversoft’s business solutions.

Contactez-nous

Les banques, les compagnies d’assurance, les gestionnaires d’actifs et les autres entreprises du secteur financier sont tenus par la loi d’identifier et de vérifier leurs clients, d’établir l’objet de la relation (KYC) et de surveiller leurs transactions parce qu’elles peuvent indiquer un blanchiment de capitaux ou un financement du terrorisme (AML – Anti Money Laundering). Ces dernières années, le nombre de cas inhabituels ou suspects devant faire l’objet d’une enquête par les institutions financières et le temps nécessaire pour le faire ont fortement augmenté. Cela s’explique en partie par le fait que la pression exercée par les autorités sur les institutions financières s’est accrue en raison de l’adoption de règles d’audit de plus en plus strictes. D’autre part, les méthodes criminelles deviennent de plus en plus sophistiquées. Voici un aperçu des schémas de fraude les plus courants et des signes qui indiquent qu’il faut examiner un cas particulier.

 

Le vol d’identité et l’utilisation de fausses identités

Il est courant que les fraudeurs utilisent des identités volées pour se faire passer pour quelqu’un d’autre. L’idée sous-jacente est la suivante : S’ils peuvent se faire passer pour un client déjà connu de l’institution financière, ils peuvent contourner certaines procédures KYC pour les nouveaux clients, par exemple.  

Il arrive également que les fraudeurs se présentent sous une identité totalement fausse.  Les noms, adresses et autres informations personnelles ne correspondent pas à une personne réelle.  

Quand se méfier ?  

Les signaux suspects qui peuvent indiquer une usurpation d’identité sont les suivants  

Des informations incohérentes : Lorsqu’un client fournit des informations personnelles qui ne correspondent pas à ce qu’il sait déjà, comme une adresse inconnue associée à son nom.   

Documents falsifiés : Lorsqu’un client présente des documents présentant des caractéristiques inhabituelles. Cela peut indiquer qu’il s’agit d’une contrefaçon.  

Vérification d’identité difficile : Lorsqu’un client éprouve des difficultés à confirmer son identité, par exemple lorsqu’il retarde sensiblement la confirmation.  

Transactions inhabituelles : par exemple, lorsqu’un client transfère soudainement des sommes bien supérieures à celles qu’il transfèrerait normalement, ou lorsqu’il effectue un transfert vers des comptes inconnus ou un nouveau pays. 


Schtroumpfage

Le « schtroumpfage » ou « structuration » consiste à déposer ou à déplacer une multitude de petites sommes d’argent en dessous du seuil de lutte contre le blanchiment d’argent. Les fraudeurs peuvent utiliser plusieurs petites transactions pour échapper à la détection et mener des activités illicites.   

Pour identifier ce type de fraude, il convient d’être attentif à plusieurs signes, notamment  

Des schémas de transaction inhabituels : Un client qui effectue de nombreuses petites transactions sans lien entre elles ou inférieures au seuil de déclaration peut tenter d’échapper à la détection.  

Une succession rapide de transactions : Un client qui effectue un grand nombre de petites transactions en succession rapide peut également tenter de se soustraire à la détection ou de dissimuler son véritable objectif.  

Transactions avec des pays ou des personnes à haut risque : les petites transactions avec des pays ou des personnes à haut risque peuvent également constituer un signal d’alarme, car ces transactions peuvent être des tentatives de transférer de l’argent au-delà des frontières ou de dissimuler la source ou la destination réelle des fonds. 


le layering

Le « layering » est une technique de blanchiment d’argent qui consiste à effectuer de nombreuses transactions complexes afin de dissocier l’argent illégal de son origine. L’argent voyage à travers de nombreux pays, banques et instruments financiers jusqu’à ce qu’il soit difficile de retracer son origine. Les indicateurs du layering peuvent être par exemple :  

– Utilisation d’instruments financiers complexes : Si un client utilise des instruments financiers complexes, par exemple des produits dérivés.  

– Opérations avec des pays à haut risque : Lorsqu’un client effectue des virements depuis ou vers des pays considérés comme des pays à haut risque pour le blanchiment d’argent.  

– Opérations avec des entreprises à haut risque : Lorsqu’un client effectue des transactions avec des entreprises qui ont des modèles commerciaux inhabituels ou qui opèrent dans des secteurs souvent associés au blanchiment d’argent.  

– Transactions avec des personnes à haut risque : Lorsqu’un client entretient des relations d’affaires avec des personnes qui figurent sur des listes de sanctions internationales ou qui sont associées à des activités criminelles. 

 

L’utilisation des crypto-monnaies

Les crypto-monnaies offrent l’anonymat et peuvent être utilisées pour transférer des fonds au-delà des frontières avec une réglementation minimale, ce qui les rend attrayantes pour les fraudeurs.  

Toutefois, la réglementation MiCa, qui devrait entrer en vigueur en 2024, réglementera l’échange de crypto-actifs contre des monnaies fiduciaires. En conséquence, des informations sur l’expéditeur et le destinataire devront être demandées sur tous les lieux de négociation à l’avenir, quel que soit le montant en jeu.  

Pour identifier ce type de fraude, il existe plusieurs signes à surveiller, notamment :  

– Des schémas de transaction inhabituels : lorsqu’un client échange des sommes inférieures aux limites AML contre une crypto-monnaie dans une succession rapide ou vice-versa.  

– Origine incertaine : Lorsqu’un client ne peut pas expliquer de manière satisfaisante d’où provient un montant de crypto-monnaie plus élevé ou comment il a été généré.  

– Comportement suspect : Un client qui fait preuve d’un manque de connaissances sur la crypto-monnaie qu’il utilise.  

– Bourses de crypto-monnaies douteuses : lorsqu’un client effectue des transactions par l’intermédiaire de bourses de crypto-monnaies non réglementées ou opérant dans des pays considérés comme présentant un risque élevé de blanchiment d’argent.

 

Que peuvent faire les entreprises ? 

Pour que le secteur financier parvienne à lutter contre le blanchiment d’argent, il faut qu’il y ait une prise de conscience générale du problème. Une formation régulière des employés sur les dernières tactiques de fraude peut s’avérer très utile.  

Un autre élément important est la mise en œuvre généralisée de solutions automatisées telles que la suite KYC/AML de cleversoft. L’efficacité et les processus d’audit interne s’en trouvent améliorés, tandis que le temps nécessaire est considérablement réduit.   

Si vous souhaitez en savoir plus sur la solution AML/KYC de cleversoft, n’hésitez pas à nous contacter.