cleversoft group GmbH+49(0)89 288 51110
Open a Support Ticket Support
S'abonner à notre newsletter
cleversoft navcleversoft nav
contact cleversoft
S'abonner à notre newsletter

La Commission européenne a publié le 25 mai 2022 les réponses aux questions des AES concernant le règlement sur la divulgation des informations relatives à la finance durable ((UE) 2019/2088) (SFDR) et le règlement sur la taxonomie ((UE) 2020/852). Le document couvre des détails sur des sujets tels que la déclaration PASI, les conseillers financiers et leurs recommandations de produits financiers, les pratiques de bonne gouvernance pour les investissements de produits Art 8 et Art 9, et autres.


Découvrons ensemble comment nous pouvons aider votre entreprise.


Les solutions professionnelles de cleversoft vous ouvrent l’accès à un nouveau monde d’efficacité.

Contactez-nous

Découvrons ensemble comment nous pouvons aider votre entreprise.


Les solutions professionnelles de cleversoft vous ouvrent l’accès à un nouveau monde d’efficacité.

Contactez-nous

La Commission européenne a publié le 25 mai2022 les réponses aux questions des AES sur le règlement sur la divulgation des informations relatives à la finance durable ((UE) 2019/2088) (SFDR) et le règlement sur la taxonomie ((UE) 2020/852). Le document couvre des détails sur des sujets tels que la déclaration PASI, les conseillers financiers et leurs recommandations de produits financiers, les pratiques de bonne gouvernance pour les investissements de produits Art 8 et Art 9, et autres.

La première question soulevée par les AES concerne la déclaration PASI (Principal Adverse Sustainability Impact) au niveau de l’entité. La Commission européenne répond clairement qu’un FMP qui se situe en dessous des seuils de divulgation des PAI au niveau de l’entité, qui ne prend pas en compte les PAI et qui publie une explication claire sur son site web pour expliquer pourquoi il ne les prend pas en compte, peut cependant fabriquer un PASI et montrer ainsi qu’il cherche à réduire les externalités négatives causées par les investissements sous-jacents à ce produit.

D’autres clarifications sont que les PGF doivent inclure les informations dans leur déclaration PASI en indiquant clairement les raisons pour lesquelles ils ont l’intention de prendre en compte ces impacts négatifs au niveau de l’entité et quand. Un produit financier visant à réduire les externalités négatives causées par l’investissement sous-jacent à ce produit ne doit pas faire partie de ces informations au niveau de l’entité.

Au niveau des produits, cependant, les PGF doivent évaluer si un produit financier tombe sous le coup de l’article 8 ou de l’article 9 du RGPD et préparer les informations précontractuelles et périodiques respectives conformément à l’art. 6 et 11 du RGPD, y compris les informations expliquant comment les produits considèrent ou ont considéré les principaux impacts négatifs du produit financier sur les facteurs de durabilité.

Les questions 2 à 4 concernent les conseillers financiers et leurs recommandations de produits financiers. La Commission européenne se réfère à la définition du conseil en investissement telle que fixée à l’article 4, paragraphe 1, point (4), de la directive 2014/65/UE :  » la fourniture de recommandations personnelles à un client, soit à sa demande, soit à l’initiative de l’entreprise d’investissement, concernant une ou plusieurs transactions portant sur des instruments financiers « .

La Commission précise que dans le RGPD, les conseils en investissement ne sont pas limités aux produits financiers tels que définis à l’article 2, point (12) RGPD. Cela signifie que les conseillers financiers, lorsqu’ils fournissent des conseils en investissement au titre de la directive MiFID II, doivent se conformer aux obligations d’information prévues à l’article 6, paragraphe 2, du règlement (UE) 2019/2088 en temps utile avant que le client ne soit lié par tout accord relatif à la fourniture de conseils en investissement « dans leur ensemble », même s’ils recommandent des produits ne relevant pas des art. 8 et 9.

En outre, toutes les obligations énoncées aux articles 3, 4, 5, 6 et 13 ne sont pas limitées aux « produits financiers » et couvrent des produits qui ne relèvent pas du champ d’application du SFDR, à savoir les actions de sociétés cotées, les obligations d’entreprises, etc.

La question numéro 5 porte sur l’article 17, RGPD, qui exempte les intermédiaires d’assurance qui fournissent des conseils en matière d’assurance sur des produits d’investissement fondés sur l’assurance (IBIP ) et les entreprises d’investissement qui fournissent des conseils en matière d’investissement qui sont des entreprises quelle que soit leur forme juridique, y compris les personnes physiques et les indépendants, à condition qu’ils emploient moins de trois personnes. En l’absence de définition des termes  » employer  » ou  » salarié  » dans le règlement (UE) 2019/208, la Commission européenne précise que l’article 17 s’applique quelles que soient les caractéristiques de la relation de travail, c’est-à-dire à temps partiel ou à temps plein.

Une autre question, qui a fait l’objet d’intenses discussions dans le secteur, concerne les produits financiers déjà existants (au 10 mars 2021): ces produits financiers doivent-ils faire l’objet de toutes les informations sur le produit conformément au SFDR – informations précontractuelles, périodiques et sur le site web ? La Commission européenne précise que la SFDR ne prévoit « aucun régime juridique transitoire spécifique concernant les produits financiers mis à la disposition des investisseurs finaux avant le 10 mars 2021 et qui continuent à être mis à la disposition des investisseurs finaux après cette date ». Par conséquent, le règlement s’applique également aux produits déjà existants et toutes les obligations de la SFDR doivent donc être respectées pour ces produits également.

Dans le cas où un produit financier n’est plus mis à la disposition des investisseurs finaux et qu’un FMP crée un rapport périodique tel que visé à l’article 11(2) du RGPD après cette date, le rapport périodique doit être conforme aux exigences prévues à l’article 11(1) de ce règlement.

La question suivante porte sur le thème de la bonne gouvernance des investissements sous-jacents, où la Commission européenne est claire :

Dans la question suivante, il est précisé que la bonne gouvernance à laquelle il est fait référence à l’article 2, point (17), et à l’article 8(1) SFDR concerne les sociétés bénéficiaires d’investissements et les sociétés et ne s’applique pas aux obligations d’État. Par conséquent, un produit Art. 8 investissant uniquement dans des obligations d’Etat ne doit pas appliquer les exigences relatives aux pratiques de bonne gouvernance mentionnées dans la phrase précédente.

La dernière question concerne le SFDR en relation avec le règlement sur la taxonomie (UE 2020/852), en particulier l’article 5 et l’article 6 TR. Les articles 5 et 6 TR s’appliquent en ce qui concerne les objectifs environnementaux visés à l’article 9, points a) et b), de ce règlement à partir du 1er janvier 2022 et en ce qui concerne les autres objectifs environnementaux visés à l’article 9, points c) à f), de ce règlement à partir du 1er janvier 2023.

Ni le SFDR ni le TR n’obligent les FMP qui fabriquent des produits financiers relevant de l’article 8 ou de l’article 9 à investir dans des activités économiques qualifiées d’écologiquement durables au sens de l’article 3 du TR. Les règles de divulgation conformément aux articles 5 et 6 de la TR « visent à éviter de nuire aux intérêts de l’investisseur final et à lui permettre de comprendre le degré de durabilité environnementale de l’ensemble de la chaîne de valeur de l’investissement, y compris la fourniture d’informations fiables sur les performances en matière de durabilité des investissements sous-jacents ».

En ce qui concerne l’utilisation des données, la Commission européenne indique clairement que les PGF ne peuvent divulguer des informations sur les objectifs environnementaux qu’aux fins des divulgations prévues aux articles 5 et 6 de la RT pour lesquelles ils disposent de données fiables, faute de quoi ils risqueraient, le cas échéant, d’enfreindre la SFDR et la RT.

Par conséquent, lorsqu’un acteur des marchés financiers ne parvient pas à collecter des données sur le ou les objectifs environnementaux énoncés à l’article 9 du RGPD et sur la façon dont et dans quelle mesure les investissements sous-jacents au produit financier sont réalisés dans des activités économiques qualifiées d’écologiquement durables au sens de l’article 3 dudit règlement par un produit financier donné, les informations précontractuelles et périodiques relatives au produit doivent indiquer un alignement nul. Si les acteurs du marché financier décident d’utiliser des explications narratives en l’absence de données fiables, ces explications risquent de contredire l’objectif des articles 5 et 6 du TR.

Notre équipe de veille réglementaire suit de près le développement final des exigences du SFDR et de la taxonomie avant le GoLive réglementaire des exigences de niveau 2 le 1er janvier 2023. cleversoft offre des services standardisés sur la gamme complète des exigences de divulgation pertinentes du SFDR. Profitez de notre service SFDR avec les différents modules pour votre déclaration précontractuelle, périodique, web et PASI. Nous proposons également des modules couvrant la génération et la collecte de fichiers EET. Dans le cadre de notre engagement envers nos clients, compliance , nous fournissons des mises à jour réglementaires en temps voulu.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter : nos experts se feront un plaisir de vous conseiller sur les détails.

You may also like