cleversoft group GmbH+49(0)89 288 51110
Open a Support Ticket Support
S'abonner à notre newsletter
cleversoft navcleversoft nav
contact cleversoft
S'abonner à notre newsletter

Depuis l'entrée en vigueur de la norme IFRS17 Contrats d'assurance le 1er janvier 2023, les compagnies d'assurance sont confrontées à la question du modèle d'évaluation le mieux adapté à la présentation de leurs contrats. Dans cet article, nous examinons en détail les alternatives, en particulier pour les entreprises d'assurances multirisques qui ont des contrats pluriannuels dans leur portefeuille. Une attention particulière est accordée aux portefeuilles qui sont ou pourraient devenir onéreux.


Découvrons ensemble comment nous pouvons aider votre entreprise.


Les solutions professionnelles de cleversoft vous ouvrent l’accès à un nouveau monde d’efficacité.

Contactez-nous

Découvrons ensemble comment nous pouvons aider votre entreprise.


Les solutions professionnelles de cleversoft vous ouvrent l’accès à un nouveau monde d’efficacité.

Contactez-nous

Depuis l’entrée en vigueur de la norme IFRS17 Contrats d’assurance le 1er janvier 2023, les compagnies d’assurance sont confrontées à la question du modèle d’évaluation le mieux adapté à la présentation de leurs contrats. Dans cet article, nous examinons en détail les alternatives, en particulier pour les entreprises d’assurances multirisques qui ont des contrats pluriannuels dans leur portefeuille. Une attention particulière est accordée aux portefeuilles qui sont ou pourraient devenir onéreux.

Choix du modèle de mesure : GMM ou AAP

La norme IFRS17 étant une norme comptable fondée sur des principes, les assureurs disposent d’une certaine marge de manœuvre dans l’élaboration de leurs méthodes comptables. Dans cet article, nous nous concentrons sur les contrats pluriannuels d’assurance dommages, englobant diverses catégories telles que la construction à risque, l’ingénierie ou les contrats de réassurance avec rattachement au risque. Dans ce contexte, les options possibles pour la sélection d’un modèle sont donc le modèle de mesure générale (« MGM ») et l’approche de répartition des primes (« AAP »).

Le MGM nécessite une expertise actuarielle technique pour établir les hypothèses de meilleure estimation et les flux de trésorerie. Bien que le modèle fournisse des informations précieuses sur la performance du contrat en permettant le suivi de la composante des pertes, de la marge de service contractuelle et l’analyse des ajustements d’expérience de la période, il nécessite des calculs complexes, un examen approfondi des résultats et l’accès à des bases de données fiables contenant des données complètes et détaillées.

Comparé à la complexité du MGM, l’AAP semble beaucoup plus simple. Son approche rationalisée, basée sur un modèle d’amortissement des primes semblable au calcul de la provision pour primes non acquises (PPNA) en vertu de la norme IFRS4, en fait un processus comparativement plus facile.

Néanmoins, les parties prenantes des contrats pluriannuels d’assurance dommages doivent examiner attentivement le modèle utilisé et se demander si les avantages du MGM basé sur le marché l’emportent sur les complexités opérationnelles liées à sa mise en œuvre. En outre, il convient d’examiner attentivement si la simplicité des rapports obtenue grâce à l’AAP correspond aux préférences et aux exigences de leurs activités respectives et si leurs contrats remplissent les critères d’éligibilité pour l’approche AAP.

Dans quelles conditions le modèle de l’AAP est-il éligible ?

L’application du modèle d’évaluation de l’AAP dépend de la satisfaction de critères spécifiques décrits au paragraphe 53 de la norme IFRS17. Le plus simple de ces critères est le « critère de durée » mentionné au paragraphe 53b, selon lequel les contrats dont la période de couverture est inférieure ou égale à un an sont automatiquement éligibles à l’adoption de l’approche simplifiée.

Toutefois, pour les contrats pluriannuels, des considérations supplémentaires entrent en jeu, comme le stipulent le paragraphe 53a et le paragraphe 54. Dans de tels cas, la norme exige de démontrer que l’évaluation selon l’AAP du passif de couverture restant ne diffère pas sensiblement de l’évaluation selon la MGM pour le même passif.

Nous ne nous attarderons pas sur la définition des limites du contrat et de la période de couverture, ni sur l’évaluation de l’importance relative dans le présent article. Néanmoins, il convient de mentionner que la période de couverture utilisée pour cette analyse est la durée du contrat définie par la norme IFRS17 (par exemple, en raison de l’existence de droits de révision des prix, de clauses d’annulation, d’options de renouvellement ou d’extensions du contrat d’origine).

En ce qui concerne l’éligibilité à l’AAP, il est important de préciser que l’obligation de démontrer la similitude du passif de couverture restant selon les deux modèles d’évaluation n’implique pas la nécessité de déclarer deux ensembles distincts de chiffres. Au contraire, l’évaluation doit être effectuée pour chaque nouvelle cohorte au début du contrat.

À cet égard, diverses méthodes ont été observées chez nos clients pour répondre à cette exigence d’évaluation, allant de solutions simplifiées basées sur Excel à des modèles complets et avancés.

Pour rationaliser ce processus, cleversoft a développé un modèle de calcul intégré et convivial, conçu pour évaluer efficacement l’éligibilité à l’AAP tout en facilitant l’analyse comparative des deux approches de mesure.

L’outil intégré d’éligibilité à l’AAP de cleversoft permet aux utilisateurs de saisir des données et de prendre des décisions concernant les choix de modélisation, les caractéristiques de la cohorte, la comptabilité de base et les scénarios raisonnables. Il effectue des calculs dans Excel, montrant les flux de trésorerie, l’AAP et les reports de MGM depuis le début du contrat jusqu’à l’échéance. Les utilisateurs peuvent modifier les formules en fonction de leurs besoins et ajouter des explications sur les jugements portés. L’outil peut être stocké avec l’ensemble des calculs et de la documentation dans eFrame, ce qui permet de disposer d’une piste d’audit efficace. Ce processus rationalisé garantit une évaluation précise de l’admissibilité à l’AAP et une déclaration conforme à la norme IFRS17 pour les contrats P&C pluriannuels.

Quelle est la différence entre le GMM et l’AAP ?

La clé pour déterminer l’applicabilité de l’AAP réside dans la compréhension du comportement des éléments clés de la projection du passif.

Dans le cadre de l’AAP, les éléments qui jouent un rôle central dans la définition de la valeur du passif pour la couverture restante sont : les primes et les coûts d’acquisition, le mode d’acquisition et le mode de paiement. Contrairement à d’autres modèles de mesure, tous les engagements au titre de l’AAP sont fondés sur ces modèles, indépendamment de toute modification des hypothèses ou des taux d’intérêt.

 

Selon l’annexe B126(b) de la norme IFRS17, l’affectation des primes aux recettes au cours d’une période spécifique doit refléter le calendrier des dépenses encourues pour les services d’assurance. Ainsi, en termes plus simples, les éléments clés qui ont un impact significatif sur la mesure de l’AAP sont les suivants :

Dans le cadre du modèle général de mesure (MGM), la projection du passif implique une combinaison de plusieurs éléments clés qui, collectivement, constituent le passif des contrats d’assurance. Ces composantes comprennent la valeur actuelle des flux de trésorerie futurs attendus, l’ajustement au risque (RA) et la marge de service contractuelle (CSM).

Ainsi, les composantes clés qui ont un impact significatif sur la mesure du GMM sont les suivantes :

Abstraction faite du modèle de mesure, il est possible d’analyser le comportement du passif pour la couverture restante en fonction des divers éléments et flux couverts par la prime. Les facteurs de libération de la responsabilité peuvent être illustrés par la proximité comme suit :

Sur la base de l’analyse ci-dessus, les principaux facteurs de différences entre l’AAP et le modèle GMM peuvent être attribués à l’alignement entre les unités de couverture et le modèle de gain de prime (pour l’élément de profit de la prime) et à l’effet d’actualisation qui affecte le GMM et qui n’est pas présent dans l’AAP.

Si l’ajustement des risques et le coût d’acquisition contribuent également aux différences entre l’AAP et le MGM, leur impact sur la comptabilisation du passif est moins important car ils sont généralement alignés sur la comptabilisation des sinistres et des revenus, respectivement. Les conclusions suivantes peuvent être tirées :

  1. Plus la différence entre les unités de couverture et le modèle d’encaissement des primes est faible, plus le CRFP sera étroitement aligné sur les deux normes. Lorsque les unités de couverture et le mode d’acquisition des primes correspondent étroitement (ou sont égaux), l’impact des différences d’amortissement entre les deux modèles est considérablement réduit.
  2. Une MSC plus faible dans le contrat correspond à une différence réduite dans la CRF entre les deux normes. Ceci est particulièrement vrai pour les contrats onéreux où la MSC est nulle. Dans ce cas, l’effet d’un éventuel décalage de l’amortissement entre les unités de couverture et l’encaissement des primes devient nul, ce qui se traduit par des valeurs de CRF plus proches.
  3. Une période de couverture plus courte conduit également à une différence plus faible dans la CRFP entre l’AAP et le GMM. Une période de couverture plus courte réduit l’impact de l’actualisation, minimisant ainsi l’écart entre les deux modèles.
  4. Des taux d’intérêt plus élevés peuvent en effet entraîner des écarts plus importants entre les mesures du passif dans le cadre de l’AAP et de la MGM. Toutefois, les entreprises ont la possibilité d’atténuer ce décalage en appliquant la désactualisation des intérêts dans la modélisation de l’AAP, comme l’autorise l’article 56 de la norme IFRS17.

Comment traiter les contrats déficitaires ?

L’existence de contrats déficitaires empêche-t-elle l’utilisation d’un modèle simplifié ? Non. Selon le paragraphe 18, l’entité doit supposer qu’aucun contrat du portefeuille n’est déficitaire lors de la comptabilisation initiale, à moins que les faits et circonstances n’indiquent le contraire. En utilisant les méthodes simplifiées, l’entité n’obtient pas une réponse directe à la question de savoir si les contrats sont rentables ou non, car il n’y a pas d’évaluation de la rentabilité par la modélisation des flux de trésorerie. Pour l’AAP, l’entité doit utiliser des évaluations quantitatives et qualitatives basées sur des métriques définies (faits et circonstances), par exemple en analysant un ratio combiné.

Si l’entité a des contrats déficitaires dans son portefeuille, elle doit établir une composante de perte (conformément au paragraphe 57, comme une différence entre le passif de l’AAP et les flux de trésorerie liés à l’exécution qui se rapportent à la couverture restante du groupe). La présence de contrats onéreux n’entrave pas l’utilisation du modèle simplifié ; cependant, elle nécessite une étape supplémentaire pour calculer les flux de trésorerie d’exécution, qui ne sont pas automatiquement fournis par l’AAP.

Malgré cette exigence supplémentaire, d’un point de vue opérationnel, elle reste moins contraignante que la mise en œuvre du modèle MGM complet. Par conséquent, même si les contrats onéreux introduisent un calcul supplémentaire pour les flux de trésorerie liés à l’exécution, le modèle simplifié représente toujours une charge opérationnelle moindre.

Comment cleversoft peut aider ?

Notre solution offre une gamme de fonctionnalités qui peuvent aider les assureurs à gérer leurs processus de reporting de manière plus efficace. L’une de ces fonctionnalités est l’outil d’éligibilité à l’AAP. Ses fonctionnalités complètes et son interface conviviale permettent aux utilisateurs d’optimiser les choix de modélisation et de fournir aux clients des informations précieuses pour prendre des décisions éclairées sur leurs contrats IARD pluriannuels.