cleversoft group GmbH+49(0)89 288 51110
Open a Support Ticket Support
S'abonner à notre newsletter
cleversoft navcleversoft nav
contact cleversoft
S'abonner à notre newsletter

Le projet final de SFDR RTS, publié le 22 octobre 2021, introduit des changements significatifs par rapport au SFDR RTS de mars. L'accent est mis sur les structures des modèles, les calculs d'alignement de la taxonomie et les informations à fournir dans le cadre de l'évaluation "Do No Significant Harm".


Découvrons ensemble comment nous pouvons aider votre entreprise.


Les solutions professionnelles de cleversoft vous ouvrent l’accès à un nouveau monde d’efficacité.

Contactez-nous

Découvrons ensemble comment nous pouvons aider votre entreprise.


Les solutions professionnelles de cleversoft vous ouvrent l’accès à un nouveau monde d’efficacité.

Contactez-nous

Le projet final de SFDR RTS, publié le 22 octobre 2021, introduit des changements significatifs par rapport au SFDR RTS de mars. L’accent est mis sur les structures des modèles, les calculs d’alignement de la taxonomie et les informations à fournir dans le cadre de l’évaluation de l’absence de préjudice significatif.

1.Classification des produits

Dans les normes techniques réglementaires actualisées, les AES présentent une sous-catégorie claire pour les produits financiers qui favorisent les caractéristiques environnementales ou sociales (produits de l’article 8) et ceux dont l’objectif est l’investissement durable (produits de l’article 9). Les sous-catégories se concentrent sur la question de savoir si le produit financier réalise des investissements durables, et si oui, dans quelles proportions et avec quels objectifs. En outre, il existe également une sous-catégorie pour les activités alignées sur la taxonomie ayant un objectif environnemental. Ces sous-catégories seront clairement présentées dans la première section des modèles de divulgation précontractuelle et périodique.

La catégorisation des produits suggérée est également cohérente avec le concept de « préférences en matière de durabilité » selon les règles d’évaluation de MiFID II Suitability, publiées en juin 2021. La version actualisée de MiFID II Suitability, applicable à partir d’août 2022, exige des gestionnaires de relations qu’ils demandent explicitement à leurs clients leurs préférences en matière de durabilité. Ces préférences en matière de durabilité sont interprétées (selon MiFID II) comme des produits qui investissent une proportion minimale dans des investissements durables ou des investissements alignés sur la taxonomie et cette proportion minimale est définie par le client.

2. »Évaluation de l’absence de dommages significatifs fondée sur les règlements SFDR et taxonomiques.

En général, il existe deux principes différents de « ne pas nuire de manière significative » (DNSH) : l’un dans le cadre de la SFDR et l’autre dans le cadre du règlement sur la taxonomie.

L’exigence DNSH pour un investissement durable telle que définie dans le SFDR est évaluée par rapport aux principaux indicateurs d’impact négatif (PAI) de l’annexe I du SFDR RTS. L’exigence DNSH du règlement sur la taxonomie stipule que pour déterminer le degré de durabilité environnementale d’un investissement, une activité économique ne doit pas affecter de manière significative l’un des objectifs environnementaux visés à l’article 9 du règlement sur la taxonomie.

En vertu du RTS actualisé, les PGF devront appliquer l’évaluation DNSH du SFDR en utilisant les principaux indicateurs défavorables (PAI) pour leurs activités économiques alignées sur la taxonomie. Il s’agit d’un changement substantiel : auparavant, le secteur espérait simplement appliquer l’évaluation DNSH par le biais de l’application du règlement sur la taxonomie. La nouvelle clarification confirme que les deux doivent être effectués.

3.Calcul des investissements alignés sur la taxonomie

L’alignement taxonomique des investissements dans les sociétés non financières peut être calculé à l’aide de l’un des indicateurs clés de performance (ICP) suivants : Chiffre d’affaires, dépenses d’investissement (CapEx) ou dépenses d’exploitation (OpEx). Les SEC ont proposé une approche différente pour les informations précontractuelles et périodiques.

Pour la divulgation précontractuelle, les KPI sont calculés sur la base d’activités conformes à la taxonomie et le chiffre d’affaires est utilisé par défaut pour les investissements dans des sociétés non financières. Alternativement, les PGF peuvent appliquer les dépenses d’investissement ou les dépenses opérationnelles lorsque les caractéristiques du produit financier le justifient. Essentiellement, le même ICP doit être utilisé pour tous les investissements dans la divulgation précontractuelle, et il doit être illustré par un diagramme circulaire.

Pour les divulgations périodiques, le degré d’alignement de la taxonomie doit être illustré en utilisant chacun des trois KPI (chiffre d’affaires, CapEx et OpEx), et pas seulement le KPI utilisé dans la divulgation précontractuelle. Les KPI seront représentés dans un diagramme à barres. En outre, les explications suivantes seront incluses 1) une ventilation des activités investies par objectifs environnementaux auxquels elles contribuent et 2) si les activités sont habilitantes ou transitoires (exigences de la TR).

Un autre changement pertinent concerne la distinction des obligations souveraines. Les PGF devront présenter deux séries d’informations sur l’alignement de la taxonomie :

  1. Un pour tous les investissements, y compris la dette souveraine et
  2. Un pour tous les investissements hors dette souveraine

Ce changement vise à répondre aux préoccupations selon lesquelles les produits présentant une forte exposition aux souverains peuvent être considérés comme ayant une faible taxonomie compliance en raison de l’absence d’une méthodologie fiable pour déterminer l’ajustement de la taxonomie pour les expositions aux souverains.

Les SEC ont conservé l’obligation pour les PGF d’indiquer si leurs déclarations d’ajustement de la taxonomie sont examinées par un vérificateur ou un autre tiers et, dans l’affirmative, ils doivent identifier le vérificateur ou le tiers.

4.Ligne du temps

Dans une lettre adressée au Parlement européen, la Commission européenne a indiqué qu’elle reporterait la date d’application de l’acte délégué au 1er janvier 2023. cleversoft fera le point sur les implications de ce report lors d’un webinaire destiné aux différents groupes cibles :

Assurance – s’inscrire pour participer
Banque – s’inscrire pour participer
Asset Management – s’inscrire pour participer

You may also like